fcrm>

Recherche

  • La Recherche

img
Contribuer au développement de la recherche biomédicale en république du congo
  • 1 - Janvier

    2019

  • Janvier

    2019

Co-infection des espèces du Plasmodium chez les moustiques Anopheles : une étude pilote des interactions parasite-vecteur pour définir la transmission en Afrique (COMAL)

But du projet : Etudier les différents agents vecteurs qui transmettent les espèces des
parasites du paludisme, en particulier ceux qui transmettent l’espèce dite Plasmodium
malariae dans le but de déterminer les agents vecteurs spécifiques pour la transmission duparasite Plasmodium malariae et comprendre la dynamique de cette transmission chez l’humain.


Ce projet se réalise à travers la collaboration entre la FCRM et quatre autres institutions derecherche situées respectivement au Gabon, au Cameroun, au Bénin et en Allemagne. Lamanière de procéder pour atteindre cet objectif est d’abord de faire les tests de diagnostic parasitologique du paludisme chez les humains pour trouver les individus infectés, puis faire la collecte des agents vecteurs autour des zones où habitent les individus infectés pour déterminer et étudier les espèces de vecteurs qui ont transmis les parasites.

Pour cette année (2019) les activités ont été focalisées sur la mise au point d’une
technique (très sensible) utilisant l’outil moléculaire pour permettre de bien faire les tests de diagnostic parasitologique chez les humains qui vont être enrôlés. La zone ciblée pour enrôler les participants est le quartier Mayanga au sud de Brazzaville. Ainsi, cette technique a été mise au point avec succès et qu’en début de l’année 2020, la phase de terrain va commencer (diagnostic parasitologique des sujets et collecte des agents vecteurs).

lire plus
  • 2 - Novembre

    2018

  • Novembre

    2018

Projet Tuberculose et co-infection avec le VIH (TB/VIH CANTAM)

Evaluation de la situation de l’infection à Mycobacterium tuberculosis à l’hôpital de base de Makélékélé de Brazzaville

Dans lecadre du réseaurégionald’excellence de l’EDCTP, une nouvelle étude sur la co-infection tuberculose et VIH/SIDA a étéinitié à l’hôpital de base de Makélékéléquiestunimportant site clinique de la FCRM. Cette étude est conduite dans le service des maladiesinfectieuses de cethôpital. En République du Congo, il a été rapporté une Incidence de la TB de 381 cas pour 100 000 habitants et une mortalité due à la TB de 42 cas pour 100 000 Habitants. Dans une étude pilote précédente, nous avions trouvé 3 cas de résistance aux anti-tuberculeux sur 74 échantillons testés.

L’objectif général de cette ambitieuse étude est de caractériser le profil épidémiologique des patients suspectés de tuberculose consultés à l’hôpital de base de Makélékélé de Brazzaville. 

Les objectifs spécifiques sont de :

1) Déterminer la prévalence de la TB à microscopie positive parmi les patients suspectés de TPM dans le SMI de HBM.

2) Déterminer la prévalence de la co-infection TB-VIH parmi les patients suspectés de TPM.

3) Déterminer la sensibilité aux antituberculeux et le profil des souches du MT ainsi que la résistance dans les souches du VIH recueillies auprès de patients tuberculeux.

4) Caractériser les gènes du métabolisme des médicaments CYP3A4 (Rifampicine, Efavirenz), CYP2A6 (Efavirenz), UGT2B7(Efavirenz), NAT2 (Isoniazid), CYP2B6, CYP3A4, UGT2B7, ABCB1 et SLCO1B1 (Rifampicine et Efavirenz) chez toutes les patientes et tous les patients recrutés dans l’étude.

5) Etudier les associations entre les données sociodémographiques, cliniques, thérapeutiques et le profil de résistance des souches du MT et du VIH.

Le laboratoire de la TB de la FCRM a été établi au centre de recherches sur les maladies infectieuses localisé à la cite de la recherche scientifique (ex-ORSTOM). Une équipe de l’Université college of London du Royaume -Uni (partenaire dans le projet) est venue pour guider dans la mise en place de ce laboratoire qui vise à être un laboratoire de référence.

La clairance éthique pour ce projet a été délivrée par le comité d’éthique institutionnel de la FCRM le 23 Mai 2018 mais l’attente de tous les réactifs pour l’étude a permis de débuter le travail effectif le 02 novembre 2018. En fin d’année, un total de 45 patients malades de tuberculose a été recrutés et a été suivis

 

hémizygotes (G6PD A−) comparés aux garçons normaux (G6PD A+ or B) (p <0.05).

lire plus
  • 30 - Octobre

    2018

  • Octobre

    2018

Etude de la tuberculose à l’hôpital de base de MAKELEKELE

But du projet : Caractériser le profil épidémiologique des patients suspectés de
tuberculose pulmonaire.
Ce projet a débuté officiellement le 29 Octobre 2018. Du 30 Octobre 2018 au 13 Novembre
2019 nous avons eu un nombre total de 139 personnes enregistrés dont 111 enrôlés, 28
exclus pour 100 personnes avec des images radio thoraciques.
Sur 111 patients enrôlés, 58 patients ont été mis sur traitement (10 ayant terminé et 48
sont encore sur traitement), 53 n’ont malheureusement jamais commencé le traitement.
Dans ce projet, la culture de 93 échantillons est en progrès au CERMEL.

lire plus
  • 28 - Mais

    2018

  • Mais

    2018

Projet PANDORA-ID-Net : Réseau pan-africain pour la préparation à la riposte aux épidémies de maladies infectieuses

Ce Projet financé par l’EDCTP (partenariat Europe-Afrique sur les essais cliniques, RIA2016E-1609) est un consortium “UNE SANTE” multidisciplinaire. Le contrat a été signé en Mai 2018.

Ce consortium comprend 4 pays européens (Italie, Allemagne, France, Royaume-Uni) et 9 pays africains (Sierra-Leone, Gabon, Ghana, République du Congo, Tanzanie, Ouganda, Soudan, Nigeria, Zambie). Il représente un total de 13 institutions en Afrique et 9 institutions en Europe.

Objectif du projet:

Renforcer les capacités régionales des systèmes de santé en Afrique, pour soutenir une riposte efficace et rapide aux épidémies de maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes.

Objectifs spécifiques :

  1. Préparer du personnel prêt à participer à la riposte rapide aux épidémies dans les 4 régions africaines (Ouest, Centrale, Est et sud).
  2. Renforcer les capacités de la surveillance et de la recherche multidisciplinaire aussi bien chez l’homme que chez l’animal.

3.Travailler en étroite collaboration avec les décideurs locaux et internationaux dont l’Africa-CDC.

La stratégie mise en place consiste à établir dans chaque région : une institution coordinatrice, un site clinique principal, un laboratoire de référence et une institution impliquée dans la recherche animale.

Depuis la signature du contrat qui a eu lieu le 08 Mai 2018, le réseau a conduit à Brazzaville un atelier « sur l’évaluation des protocoles de recherche en situation d’urgence » pour les comités d’éthique et les autorités de régulation. Cet atelier qui a eu lieu du 30 mai au 02 Juin 2018 a été ouvert par la ministre de la santé et de la population et des participants sont venus de la sous-région Afrique Centrale et de la Guinée.

Du 24 au 28 Septembre 2018 s’est tenue une formation sur le diagnostic ultrasensible ApoH afin de détecter tous les pathogènes incluant virus (Ebola), bactéries au centre de recherches sur les maladies infectieuses de la FCRM. La formation a été conduite par l’IRD (Institut de recherche pour le Développement, France).

Afin d’étudier la séroprévalence contre le virus Ebola dans le corridor fluvial (zone à risque) en république du Congo, nous avons écrit un protocole de recherche qui a reçu l’approbation du comité d’éthique institutionnel de la FCRM. Enfin, ce projet a permis d’initier une collaboration avec le NIAID/USA et l’institut Bernard NochtInstitute de médecine Tropical d’Hambourg (Allemagne) qui s’est déjà concrétisé par un article paru dans le New England Journal of Medicine.

lire plus