fcrm>
  • 2020

    25 Septembre
img

FORMATION SUR LA CAPTURE VIRALE SARS-COV-2 PAR ApoH

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet ITAIL-COVID-19 financé par le Partenariat Europe-Pays en Développement pour les Essais Cliniques (EDCTP) coordonné par la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale (FCRM), les investigateurs de ce projet ont participé à une formation en ligne sur « la capture SARS-COV-2 par l’ApoH », supervisée par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), France, partenaire du projet.
 
La protéine ApoH (Apolipoprotéine), une glycoprotéine plasmatique circule dans le sang sous forme libre ou liée à des lipoprotéines a la faculté de se lier à des agents infectieux (bactérie, virus) permettant ainsi la capture, la concentration et de la purification des micro-organismes infectieux. Cette protéine existe également sous forme synthétique, appelée Peps6.
La protéine ApoH et la peptide de synthèse Peps6 sont couplées sur des nano billes paramagnétiques qui permettent de prétraiter un échantillon pour capturer et concentrer les micro-organismes avant leur détection. Ce prétraitement simple et rapide se fait en une seule étape, en quelques minutes.
Ces billes sont ajoutées à un échantillon biologique (sang, plasma, sérum, salive, eau, lait…) susceptible de contenir des agents infectieux (virus, bactéries…). Après incubation, les billes sont aimantées et le surnageant retiré, ce qui élimine un grand nombre d’agents interférents. Les virus ou bactéries sont retenus par l'ApoH ou la peptide Peps6 et sont par conséquent concentrés. Ils peuvent alors être détectés par les processus de détection existants et faire l’objet de diverses manipulations : lyse, extraction de l’ARN et RT-PCR dans le cas du COVID-19.
Animée par le Dr Carolyn Thibal d’ApoH-Technologies avec la participation active du Professeur Francisco VEAS, de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), France, cette formation interactive destinée aux chercheurs et techniciens du Centre de Recherche sur les Maladies Infectieuses (CeRMI) de la FCRM impliqués dans le dépistage du SARS-COV-2 avait pour objectif la maîtrise de cette technique afin d’accroitre la sensibilité du test PCR de dépistage du COVID-19.
 
La formation s’est déroulée en 2 phases :
 
1- capture du virus à partir des prélèvements nasopharyngés (NSP) plongés dans les tubes contenant le milieu universel de transport (UTM) ;
2- capture du virus à partir de la salive recueillie dans un récipient approprié (pot de prélèvement).
 
Dans les 2 cas, la surnageant obtenu permet de mener toutes les autres étapes du dépistage du COVID-19 : lyse du virus, préparation de l’ARN et RT-PCR. Dans son application, cette technique vise le dépistage de porteurs de faible charge virale et une prise en charge adaptée de ces personnes.
Quelques images

 

img
img
img